La collecte des eaux usées

Intervention sur voirieL'assainissement collectif est constitué d'un réseau de collecte (séparatif ou unitaire) qui achemine les eaux vers une station d'épuration de plus de 20 équivalents habitants. Le patrimoine ainsi constitué fait généralement l'objet d'une gestion par une collectivité territoriale (un Etablissement Public de Coopération Intercommunale - EPCI). Le service est éventuellement délégué à une entreprise (délégation de service public - DSP)

. Par opposition, est appelé non-collectif, autonome, autonome regroupé, tout système de traitement des eaux usées n'entrant pas dans la définition de l'assainissement collectif.

Le "TOUT à l'égoût" n'existe pas, puisque le réseau et la station sont conçus pour une quantité (volume, débit) et une qualité d'effluent (charge polluante, biodégradabilité) définis, correspondant à une "eau usée domestique".

Le réseau n'accepte pas tout, notamment:

  • les effluents septiques ayant transité par une fosse de décantation: problèmes de salubrité, d'odeurs, modification des qualités chimiques de l'effluent.
  • les graisses, issues de la restauration ou de votre fritteuse: elles sont peu "digestes" pour la station d'épuration et s'accupulent un peu partout, causant des problèmes d'odeur, d'écoulement, d'encrassement.
  • les déchets: lingettes, produits d'hygiène féminine, huiles de toutes sortes... mais aussi parfumeurs d'eau de chasse, serpillère, coton de tige... le collecteur d'assainissement n'est pas une poubelle. Les déchêts solides s'y déposent, s'enroulent, se coincent, usent ou endomagent les systèmes de pompage.
  • les produits chimiques: peintures, solvants... ils peuvent "intoxiquer" la station d'épuration, qui est un réacteur biologique, et contaminer toute la chaîne de traitement.
  • les eaux pluviales (gouttières, drains, avaloirs) en réseau séparatif... Elles peuvent faire déborder les collecteurs et la station, et sont le vecteur de nombreuses des pollutions citées plus haut.